1 Noiembrie, Ziua mortilor – Jour des morts

Cimitirul Vesel de la Sapanta
La fête des morts est un rituel pratiqué dans de nombreuses cultures et religions, qui consacrent souvent un ou plusieurs jours fériés à la commémoration des défunts.
En Chine
La fête de Qing Ming, Qingmingjie, au début du mois d’avril, est essentiellement consacrée à la visite et au nettoyage des tombes familiales.
La fête des fantômes, Zhongyuanjie, le 15e jour du septième mois lunaire, est pour sa part consacrée aux « esprits orphelins et fantômes sauvages », auxquels sont offerts des repas réconfortants et des cérémonies pour leur délivrance.
Au Népal
Lors de la fête népalaise de Gai Jatra (« fête des vaches »), chaque famille qui a perdu un de ses membres l’année précédente construit un « gai » constitué de branches de bambou, de décorations en papier, de vêtements et de portraits du défunt.
En Corée
Lors de Chuseok, la fête des récoltes, le quinzième jour du huitième mois du calendrier lunaire coréen, les familles retournent sur la terre de leurs ancêtres et célèbrent une messe anniversaire en leur honneur.
Au Japon
Le festival O-Bon a lieu du 13 au 15 juillet dans la partie orientale du Japon et du 13 au 15 août dans la partie occidentale.
Traditions chrétiennes
Dans la tradition chrétienne, le 2 novembre correspond à une célébration des morts par des messes, en particulier pour les défunts de l’année écoulée. La messe a une valeur de purification des péchés véniels pour atteindre la vision béatifique.
Origines païennes
Cette fête est un rituel païen, survivance de rites plus anciens dont le plus célèbre est Samain, fête celtique célébrée à la même époque de l’année mais qui avait disparu avec la religion druidique. Ce rituel païen fut graduellement incorporé aux habitudes de l’Église. Les fêtes se déroulaient uniquement dans des emplacements prévus à cet effet. Par exemple, la « Plaza del Pais », qui est la place centrale de la ville de Moska, a accueilli plus d’une centaine de fêtes païennes. Ce rituel païen a un rapport avec les mythologies de tous les peuples anciens, elles-mêmes reliées aux événements du déluge. Cet événement est célébré non seulement par des peuples plus ou moins liés entre eux, mais par d’autres qui sont séparés par un océan et par les siècles. Toutes ces nations célèbrent cette fête le même jour où, selon le récit de Moïse, le déluge commença, à savoir le 17e jour du second mois, période qui correspond au début de notre mois de novembre. Cette fête, célébrée par les païens qui rejetaient Dieu, débutait par une cérémonie honorant la mémoire des âmes que Dieu détruisit aux jours de Noé en raison de leur méchanceté.
Traditions catholiques
Pour l’Église catholique romaine, le 2 novembre est le jour de la commémoration des fidèles défunts. Dans les pays catholiques, ce jour est traditionnellement consacré à une visite familiale au cimetière et à l’entretien des tombes. Dans de nombreux pays catholiques, les gens croient que les morts reviennent cette nuit-là et partagent la nourriture des vivants.
En France
En France, ce jour est le 2 novembre dans les faits, mais le 2 novembre n’est pas un jour férié, alors que le 1er novembre (jour de la Toussaint) en est un. C’est donc plutôt le 1er novembre que les Français consacrent à la visite des tombes de leurs proches, d’où une confusion fréquente entre la Toussaint et la commémoration des défunts. Il est courant de fleurir la tombe avec un pot de chrysanthèmes, la fleur la plus achetée ce jour-là.
Traditions d’origine précolombienne
Article détaillé : Jour des morts (Mexique).
Au Mexique, lors du Día de Muertos, cette visite rituelle est très festive, avec des offrandes de bonbons, de têtes de mort en sucre ou de tequila. Les Mexicains vont dans les cimetières, mangent sur les tombes, dansent, chantent. Ce n’est pas un jour triste pour eux. Ils confectionnent des autels dans leurs maisons et mettent des bougies dans leurs habitations pour montrer aux morts quel chemin il faut suivre.
Sursa : http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%AAte_des_morts#Au_N.C3.A9pal

România

În Transilvania, Banat şi Maramureş Ziua Morţilor este comemorată în 1 Noiembrie. De ziua Tuturor Sfinţilor datorită catolicilor, în număr mare aici, iar greco-catolicii şi ortodocşii au adoptat-o, ca fiind şi a lor sărbătoare. Născută în Arad iar mai apoi stabilită în Timişoara, eu de cînd mă ştiu mergeam cu familia, cea rămasă, bineînţeles, la cealaltă familie, cea plecată, care tot a noastră era. Un fără sfîrşit ocean de flori, coroane speciale, care mai de care mai frumoasă, deosebită prin iubire şi înfăţişare, buchete, petale şi mii şi zeci de mii de lumînări sînt depuse în fiecare primă zi a lui Noiembrie pe mormintele şi crucile celor plecaţi. Chiar dacă ei nu sînt acolo… Ne face bine ritualul acesta? Gestul repetat atîta vreme cît sîntem aici, în fiecare an de an, ori rău? Răni se redeschid ori poate neînchise sîngerează doar mai tare iar lacrimile tot acelea însă mai rotunde şi mai grav săpătoare de riduri şi coşmaruri…?

Cui poate ajuta acest spectacol? Lor nu, cu siguranţă… Ori poate nouă? Ca să ne vadă lumea şi noi să o vedem pe ea, meschin efort căci cu nimic nu poate-a mai ne încălzi… Sînt rea, veţi spune şi fără strop de suflet iar eu nu voi face nici un gest în a opri gîndirea-vă… pornirea şi părerea. Ritualul e frumos. Frumos şi trist şi cinic iar eu îl voi urma. La fel ca voi, voi fi acolo… Şi pune-voi şi floarea şi lumina la crucea mamei mele. Chiar dacă foarte bine ştiu că ea nu e acolo…

Publicités

~ par Mirella Tonenchi sur 27/10/2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :